Une candidate au Sénat américain accusée de jouer à WoW

Posted on Posted in E-réputation

WoW, un jeu de rôle massivement multijoueurs, est un véritable univers parallèle… Mais peut-il interférer avec la vie réelle ? Colleen Lachowitz est victime d’une campagne de dénigrement pour son implication dans World of Warcraft !

Femme politique et adepte de World of Warcraft

Colleen Lachowitz est une femme politique démocrate, qui brigue le poste de Sénatrice de l’état du Maine. Online, elle est aussi Santiaga, une orque à la crinière punk qui sillonne les terres d’Azeroth pour massacrer de preux paladins. Combattante hors pair, Santiaga a atteint le niveau 85, le plus haut proposé par ce jeu. Mais peu de ses adversaires ont pu la regarder pixels dans les pixels avant de mourir : Santiaga est adepte de l’empoisonnement et des coups de poignard dans le dos !

La femme politique est très impliquée dans l’univers de World of Warcraft. Elle intervient aussi sur de nombreux forums et sites communautaires dédiés à ce MMORPG.

Les républicains en croisade contre Santiaga

Mais voilà : cet aspect personnel de la vie de Colleen Lachowitz est parvenu aux oreilles de ses rivaux républicains… Qui y ont vu un prétexte idéal pour l’atteindre et la dénigrer ! L’intérêt de Colleen Lachowitz pour WoW est qualifié d’immaturité, et le temps passé à développer son personnage et à interagir avec la communauté n’a pu être pris qu’au détriment de ses obligations politiques et donc, implicitement, du bien commun. Un site dédié,  www.colleensworld.com/a même vu le jour. Il attaque directement la démocrate et publie même les différents commentaires qu’elle a pu poster. Il tente aussi de démontrer, statistiques à l’appui, l’immaturité affichée des joueurs de World of Warcraft.

L’affaire a été montée en épingle, poussant Colleen Lachowitz à riposter, en citant notamment les stars et célébrités qui jouent à World of Warcraft, et l’âge moyen des joueurs. Les élections du 6 novembre prochain pourraient bien réserver à l’austère Tom Martin un coup de poignard dans le dos dont Santiaga a le secret !

Laisser un commentaire