Ranking Documents : brevet anti-SEO ?

Posted on Posted in Référencement

Alors qu’on pouvait encore s’interroger sur les motivations de Google, je n’ai aujourd’hui plus aucun doute : Google veut bien la mort du SEO. Preuve en est ce nouveau brevet, Ranking Documents.

Ranking Documents : une progression instable

L’objectif de ce brevet, que l’ont doit à Ross Koningstein, est simple : détecter les sites qui utilisent des méthodes référencement jugées indélicates par Google, pour mieux les sanctionner. Mais comment s’en rendre compte ? Simplement en créant un appât.

Ainsi, prenons l’exemple d’une page positionnée en quinzième position sur Google pour une requête donnée. Suite à des améliorations en termes de référencement, cette page pourrait gagner dix places et figurer en cinquième position. Si autrefois, elle aurait directement été positionnée en cinquième position, le brevet Ranking Documents propose une méthode visant à créer une période transitoire entre deux progressions de fait, avec un recul brutal mais temporaire du positionnement. Ces informations visent à déstabiliser un éventuel référenceur, afin d’étudier ses réactions. Si des méthodes de spamdexing apparaissent, le référenceur risque par fébrilité d’accentuer ses efforts et de trahir ses intentions : des mesures de rétorsion seront alors prises.

Qu’entend-on par méthodes de spamdexing ?

Le brevet Ranking Documents présente quelques-unes de ces stratégies qu’il juge non conformes à sa politique.

Gorger sa page de mot-clés, cacher du texte (soit en le décalant pour qu’il soit hors écran, soit en adoptant la couleur de fond), créer des pages avec un contenu éditorial très court, voire quasiment inexistant, abuser des redirection, sur-optimiser ses balises meta ou créer artificiellement de la popularité, via des liens notamment, sont quelques-unes des techniques prohibées, et pouvant mener à une sanction.

Si, lors de la période de transition avec perte de résultats, certaines de ses techniques sont employées, l’algorithme pourra appliquer, suivant sa configuration, des filtres ou des sanctions plus lourdes.

 

Laisser un commentaire