L’internet mobile, champ de bataille des médias sociaux

Posted on Posted in Community management, Internet mobile

Les ventes de smartphones ne cessent de progresser et les nouvelles normes rapprochent le débit de l’internet mobile des vitesses de connexion disponibles par l’ADSL ou le câble. Les médias sociaux, fondés sur les interactivités permanentes entre membres, s’inscrivent de plus en plus dans cette nouvelle approche de la mobilité.

Les applications mobiles sont incontournables

Une étude menée conjointement par Flurry, Comscore et NetMarketShare montre les comportements des mobinautes américains, et souligne le temps passé sur les applications.

Ainsi, 80% du temps connecté passe par les applications contre seulement 20% pour les navigateurs web. Et Facebook représente à lui seul 18% du temps connecté, l’ensemble des médias sociaux, Facebook compris, environ 25%.

Cette étude montre l’importance, pour les médias sociaux, de créer une application en plus d’un site mobile.

Mobilité et médias sociaux : un mariage naturel

Le rapprochement entre médias sociaux et internet mobile est non seulement inéluctable, mais naturel et logique. Le succès des médias sociaux repose sur les fonctionnalités favorisant les interactions entre membres. Les utilisateurs de ces sites souhaitent partager des informations les caractérisant à leurs proches : leurs activités, leurs photographies, leur humeur de l’instant…

Or, ce partage est souvent instinctif, et doit être le plus immédiat possible. L’internet mobile apporte la praticité attendue : il est plus simple de poster un statut « super conférence à tel endroit » directement pendant son déroulement que d’attendre de retrouver son ordinateur de bureau.

La mobilité multiplie aussi les opportunités d’échanges. Pour reprendre l’exemple précédent, un tel commentaire prend tout son sens s’il est posté dans l’instant. Publié quelques heures plus tard, le même message deviendrait partiellement caduque : il ne transmettrait plus d’information sur la localisation de l’émetteur, et ses activités actuelles l’auront éloigné de son état d’esprit durant la conférence.

Localisation et microblogging à l’honneur ?

Facebook pourrait bien pâtir de ces nouveaux usages, de ce besoin quasiment compulsif des utilisateurs de réseaux sociaux de partager dans l’instant leurs activités et leur état d’esprit, souvent dans une recherche de reconnaissance sociale et de renforcement des liens noués avec leur entourage 1 : certains messages n’ont d’autres buts que de rappeler qu’on existe en occupant l’espace.

Profitant de ces aspirations à une mise en scène permanente de son existence sur les médias sociaux, de nouveaux réseaux uniquement OnLine apparaissent tous les jours et suscitent l’engouement.

Instagram, par exemple, permet de partager instantanément avec ses proches et la communauté toute entière les photographies prises sur son smartphone. Lancée en 2010, l’application a été rachetée (par Facebook) moins de deux ans plus tard pour une somme avoisinant le milliard de dollars.

Le microblogging n’est pas en reste. Tumblr, optimisé mobile dès son lancement, vaut plus d’un milliard de dollars pour Yahoo, son racheteur. Vine, application de partage de vidéos de format court, a attiré l’attention de Twitter qui y a vu un service complémentaire particulièrement prometteur : le rachat a eu lieu moins de six mois après le lancement du service.

Nous pouvons donc nous attendre à l’émergence de nouvelles tendances, et peut-être à l’apparition de nouveaux leaders, dans le paysage des médias sociaux des années à venir.

1 : selon une étude Mediametrie de 2009, 75% des internautes utilisent les médias sociaux pour rester en contact avec leur entourage.

Laisser un commentaire