Les internautes en guerre contre Joseph Kony

Posted on Posted in Marketing viral & buzz, Toutes les actualités

Joseph Kony est un criminel de guerre qui sévit en Afrique depuis des années. Il est connu pour enrôler des enfants dans ses troupes, brisant leur innocence et les plongeant, à un âge où on joue au ballon, dans l’enfer de la guerre et des balles. Mais une ONG, Invisible children, a décidé de mobiliser contre lui d’innombrables légions d’internautes révoltés par sa barbarie.

Arrêtez Joseph Kony !

Cette phrase, scandée comme un slogan, est aussi et surtout le cri de guerre d’une Organisation Non Gouvernementale de protection de l’enfance qui ne peut plus supporter de voir des gamins brandir des kalachnikov et se battre jusqu’à la mort, violentés, parfois violés, drogués le plus souvent par les soldats de leur propre camp. La stratégie est simple : si Joseph Kony devient aussi célèbre que Ben Laden, s’il emporte contre lui l’adhésion d’une large partie de l’opinion publique, les politiques ne pourront plus fermer les yeux sur lui. Internet sera l’arme utilisé par Invisible children pour mobiliser contre lui le plus grand nombre de citoyens.

Une vidéo digne d’un blockbuster

Le 5 mars, l’ONG américaine lance une vidéo sur les sites de réseaux sociaux, où ils invitent les internautes à signer une pétition en ligne et à se procurer, pour un prix avoisinant les trente dollars, ce que nous pourrions qualifier de « kit militant » : tee-shirts, bracelets et affiches exigeant l’arrestation et la condamnation de Joseph Kony. Le 20 avril, une manifestation géante devrait réclamer une action volontariste de la part de la communauté internationale, afin de mettre hors d’état de nuire le criminel.

De Facebook à Twitter, en passant par Youtube, le buzz fonctionne particulièrement bien. La vidéo, particulièrement bien montée, présente les abominations perpétrées par Joseph Kony et interpelle directement les internautes. Prenant le contre-pied de ce qui se fait souvent dans le monde de l’humanitaire, l’objectif ici n’est pas de créer un sentiment de malaise et de culpabilité, pour inciter au don, mais encourage les internautes à agir. Dans cette approche qui relève du story-telling, la vidéo commence par capter l’attention du spectateur, réveille en lui l’envie de changement et emporte finalement son adhésion, l’encourageant à agir de son propre chef en lui indiquant la marche à suivre.

Et aujourd’hui ? Où est Kony ?

Si Joseph Kony court toujours, les effets de cette campagne virale se font déjà sentir. Des millions d’internautes ont manifesté leur soutien à l’action d’Invisible Children, qui a été relayé par les médias traditionnels de nombreux pays. Déjà, les politiques sortent de leur silence et s’engagent pour faire tout ce qui est en leur pouvoir afin que Joseph Kony soit arrêté et jugé. L’internaute sort de son statut de simple consommateur ou de donateur pour devenir un citoyen actif et engagé.

Si on peut reprocher l’approximation de certaines informations, qui annonce par exemple que Joseph Kony serait encore en Ougando, ou qui omet de souligner que la Cour pénale internationale est déjà activement impliqué contre ces miliciens, on ne peut que reconnaître son efficacité en terme de communication. Ici, le story telling est au service d’une dynamique de community management particulièrement efficiente.

La vidéo qui fait le buzz

Laisser un commentaire