Comprendre Hummingbird (Colibri)

Posted on Posted in Référencement

Le petit monde des référenceurs ne parle que de ça depuis quelques jours. Google continue sa folle valse des mises à jour et enrichit pour ses quinze ans son bestiaire : Hummingbird (Colibri en français) est annoncé comme la principale mise à jour depuis Caffeine. Mais déjà, tout et son contraire se lit sur le sujet. Et si nous faisions le point ensemble sur Google Colibri, en partant de sa genèse aux conséquences concrètes pour le référencement ?

Pourquoi Google met-il si souvent à jour son algorithme ?

Le moteur de recherche, à l’origine de l’entreprise, demeure au cœur de son modèle économique. Celui-ci doit séduire le plus d’internautes possibles. Les utilisateurs du moteur :

  • cliqueront sur les liens commerciaux (Adwords), première source de revenus de Google
  • se verront proposer d’autres services et fonctionnalités Google. Si la plupart sont gratuits, certains reposent sur un modèle Freemium.

Sans moteur de recherche, Google perdrait sa première source de revenus et de visibilité. Il s’agit alors de séduire les internautes et de se démarquer au mieux de la concurrence :

  • En offrant un confort d’utilisation supérieur à celui de ses concurrents : ergonomie, convivialité, rapidité…
  • En proposant des résultats les plus pertinents possibles

Les mises à jour fréquentes s’expliquent notamment par la volonté de Google de conserver son avantage concurrentiel sur les autres moteurs de recherche, en améliorant la pertinence des résultats proposés.

Les motivations de Google  à l’origine d’Hummingbird

Panda et Pingouin cherchent à maintenir la pertinence des résultats, en écartant les sites abusant de techniques de référencement non déontologiques : ils poursuivent une visée que l’on pourrait qualifier de répressive. La mise en place de Colibri résulte d’une réflexion poussée de Google, qui intègre et anticipe les nouveaux comportements des internautes :

  • L’internet mobile a favorisé le développement des requêtes géolocalisées. Le web demeure accessible en permanence, niché dans une poche. Il s’est réapproprié la rue et participe de nombreuses recherches ancrées dans la réalité : recherche d’un commerce, d’un artisan, d’une boutique…
  • Les internautes se sont réellement appropriés les technologies digitales. L’ordinateur, plus qu’une simple machine, est perçu comme un « compagnon »  : la convivialité favorise une approche conversationnelle, avec d’autres internautes mais aussi avec des logiciels.
  • Les smartphones autorisent une recherche vocale, déjà intégrée dans la version mobile de Google.

Fort de ce constat, les ingénieurs de Google introduisent avec Colibri la notion de recherche conversationnelle. Jusqu’à présent, l’algorithme étudiait les différents mots-clés dans une optique de juxtaposition : une page dont le contenu était pertinent pour une requête donnée devait contenir les différents mots-clés les plus signifiants associés à la requête, ou éventuellement des synonymes proches.

Colibri, à l’inverse, raisonne selon une approche sémantique globale. L’algorithme analyse les interactions entre tous les mots et détermine le sens global de la phrase.

En quoi Colibri impacte-t-il le référencement OnPage ?

Afin de comprendre concrètement l’impact de Colibri sur le contenu d’un site, nous allons prendre un exemple concret : celui d’une bijouterie située à Paris, située Place Vendôme. Nous nous intéresserons uniquement au référencement OnPage dans cet article.

Hummingbird est capable de comprendre une question et souhaite lui apporter la réponse la plus directe possible. En préalable à la création ou la refonte de son contenu, un rédacteur souhaitant répondre aux exigences de Colibri devra identifier les questions que se poseront les internautes. Par exemple :

  • Où trouver un revendeur Breitling à Paris ?
  • Où puis-je acheter une parure de diamants sur mesure près de chez mois ?
  • Qui propose à Paris les meilleures alliances pour mon futur mariage ?

Son contenu devra répondre directement aux questions, sans pour autant inclure tous les mots-clés tapés par les internautes. Les mots les plus signifiants, comme la marque, Breitling par exemple, devront néanmoins toujours être présents dans le contenu : ils demeurent indispensables.

Le texte devra aussi intégrer des termes signifiants. « Venez nous rendre visite dans notre boutique » indique ainsi à Google Colibri que votre site est associé à un point de vente physique, élément de réponse attendu par l’internaute qui a géolocalisé sa requête. L’adresse de la boutique  est aussi importante : Google doit pouvoir vous localiser pour décider de votre pertinence pour une requête géolocalisée. Une page Google Local, associée au site, lui apporte aussi cette précieuse information.

L’usage de synonymes gagne aussi en pertinence, puisque Google Hummingbird leur apporte un intérêt particulier. Si vous tapez sur Google US « How old is Barack Obama« , vous verrez que des termes comme born ou biography, qui introduisent la réponse, ressortent parmi les premières positions.

En conclusion

Hummingbird ne bouleverse pas fondamentalement les habitudes des référenceurs.  Cette mise à jour les invite néanmoins à faire preuve d’une réflexion supplémentaire sur la stratégie de contenu, et de rigueur dans le choix et la formulation des informations véhiculées dans chaque page.

Et vous, quel regard portez-vous sur Google Colibri ?

Laisser un commentaire