Quand la boutique est confrontée à l’internet mobile

Une enquête anglaise s’est intéressée à l’utilisation par les consommateurs, dans les boutiques, de leur smartphone. Cette évolution dans les habitudes d’achat jette de nouvelles passerelles entre économie numérique et canaux de distribution classiques.

L’internet mobile comme paramètre de choix

Le premier élément à retenir de cette étude est un chiffre éloquent : au Royaume-Uni, un Britannique sur quatre a déjà utilisé son smartphone lors d’une séance d’achat dans un magasin. Et, essentiellement, le téléphone portable permet de vérifier le prix d’un article en ligne et dans d’autres magasins, afin de s’assurer que le tarif pratiqué par le commerçant est en adéquation avec ceux du marché. D’autres, encore, s’intéressent aux avis d’autres consommateurs. Lorsqu’on hésite entre deux lave-linges ou deux téléviseurs, les opinions des internautes peuvent participer de la décision finale de l’acheteur. Il est à noter aussi que, pour 10% des Britanniques qui utilisent leur mobile en magasin, ce comportement a débouché sur un acte d’achat, que ce soit en ligne ou off-line.

Si ces comportements ne sont pas encore significatifs, ils commencent à être pris en compte par les enseignes. E. Leclerc, avec son application pour smartphones Quiestlemoinscher.com, anticipe l’arrivée de ces nouvelles habitudes en France.

Vers une réalité augmentée dans les supermarchés

Les professionnels du marketing utilisent de plus en plus les technologies web pour améliorer et enrichir l’expérience d’achat en magasin. Dans le cadre d’un achat de vins, par exemple, l’internet peut facilement aider le consommateur à faire son choix en fonction de la recette qu’il compte servir.

Les sites internet eux-mêmes, ou du moins leur version mobile, commencent à intégrer cette dimension nouvelle. La recherche assistée par EAN (numéro figurant sous les codes barres), sur les sites des grands distributeurs et des chaînes de magasins, peut ainsi faciliter la recherche des mobinautes et les accompagner dans leur shopping.

L’utilisation des QR Codes, encore limitée et soumise à certaines contraintes, pourraient jouer un rôle certain dans quelques années… Pour peu que la technologie devienne plus intuitive !

Article inspiré par les résultats de l’enquête eDigitalResearch et IMRG

Laisser un commentaire